NL : FR
 Flux RSS
Arrow Plan du site

Notre mission

' L'AFCN promeut la protection efficace de la population, des travailleurs et de l'environnement
contre les dangers des rayonnements ionisants'.

RADON

Enceinte ? Evitez les rayons - Annexe 3

Recherches récentes SCK•CEN


Le but de certaines recherches en cours dans le laboratoire de biologie moléculaire et cellulaire de Mol est d'étudier dans quelle mesure des mutations affectant des gènes impliqués dans la réparation de l'ADN (le matériel héréditaire contenu dans le noyau de chacune de nos cellules) ou dans le processus de l' apoptose1 peuvent augmenter la radiosensibilité de l'embryon durant les stades sensibles du début de la gestation. Lorsque de telles mutations sont présentes dans chacune des deux copies du gène en question, elles sont le plus souvent létales, entraînant la mort de l'embryon vers le moment de son implantation dans l'utérus ou, moins souvent, au cours des premiers mois de la vie extra-utérine. Les mutations n'affectant qu'un seul des deux gènes hérités des parents ne modifient pas la viabilité des individus porteurs mais il n'existe pratiquement aucune donnée quant à leur influence éventuelle sur la radiosensibilité embryonnaire.

Les deux stades choisis pour ces études sont le « zygote » ou stade unicellulaire (premier jour de la gestation chez les mammifères) et le stade « gastrula » qui suit immédiatement l'implantation (seconde semaine de la gestation). Ces deux stades se déroulent alors que la femme n'est généralement pas au courant de son état de grossesse et que des précautions ne sont pas nécessairement prises en vue d'éviter une irradiation médicale non urgente. En outre, des études réalisées précédemment dans le laboratoire de Mol ainsi qu'en Allemagne et au Japon ont mis en évidence différents types de malformations chez des fœœœœtus de certaines races de souris « normales » après irradiation au stade du zygote, ainsi que chez des fœtus de souris porteurs d'une mutation touchant le gène p53 (ce gène est encore appelé « le gardien du génome » en raison de son rôle central dans le mécanisme de l'apoptose) après irradiation au stade gastrula.
Outre son intérêt scientifique, l'identification des conditions génétiques pouvant prédisposer l'embryon à la radio-induction de tels effets est importante pour la radioprotection.  Les études en cours sont subsidiées par l'AFCN et les Communautés Européennes. Elles se concentrent essentiellement sur les anomalies congénitales2, la sécrétion de certaines protéines (cytokines) dans le liquide amniotique, l'instabilité chromosomique et les modifications épigénétiques.  La mesure des cytokines dans le liquide amniotique a pour but de montrer un lien éventuel entre le taux de ces protéines et certaines anomalies embryonnaires. Il existe déjà quelques données de la littérature allant dans ce sens.

D'autre part, une instabilité chromosomique a également été rapportée chez des fœtus de souris qui avaient été irradiés au stade unicellulaire. Celle-ci se traduisait par une fréquence anormalement élevée d'aberrations chromosomiques dans leurs cellules. Les conséquences de ce phénomène ne sont pas encore bien définies mais, dans une des races de souris étudiées, on a remarqué un lien entre l'instabilité génomique et la présence de malformations chez le fœtus. Enfin, on a récemment suggéré que des modifications radio-induites dans l'expression de certains gènes embryonnaires pouvaient avoir des conséquences significatives pour le développement de l'embryon et même entraîner certains problèmes de santé à l'âge adulte. 

Ces recherches font appel à des techniques et appareillages très sophistiqués, tels que la plateforme génomique qui permet la mesure simultanée du niveau d'expression de milliers de gènes dans les heures qui suivent l'irradiation du jeune embryon ou la technologie x-MAP qui permet le dosage simultané de dizaines de molécules (cytokines,....) afin de préciser leur rôle éventuel dans l'apparition de certains effets radio-induits.

A côté de ces études, le laboratoire de Mol réalise depuis longtemps des recherches sur les risques d'une irradiation du cerveau embryonnaire ainsi que sur les risques génétiques liés à l'irradiation des cellules germinales femelles (ovules). Ces recherches ont également déjà fait l'objet de nombreux contrats tant au niveau belge (Services de la Politique Scientifique) qu'international (Communautés Européennes, ...).  Enfin, des recherches non moins importantes sont réalisées dans le domaine spatial, avec le support de l'Agence Spatiale Européenne et la Politique Scientifique Belge.


Contact

 
 
 

INES

 


 version imprimable Home

Copyright 2013 © - Mention légale