NL : FR
 Flux RSS
Arrow Plan du site

Notre mission

' L'AFCN promeut la protection efficace de la population, des travailleurs et de l'environnement
contre les dangers des rayonnements ionisants'.

RADON

Portiques de détection de substances radioactives

Index


Introduction


AFCNDe nombreuses installations du secteur non nucléaire (par exemple, du secteur de la gestion des déchets non radioactifs ou du secteur du recyclage) sont déjà équipées de portiques de détection de substances radioactives. Ces portiques permettent de prévenir l'introduction de sources ou de contaminations radioactives dans les flux de matériaux traités par les secteurs concernés. Ils jouent ainsi un rôle important pour la protection des travailleurs et des riverains des installations concernées, ainsi que pour la protection de la population et de l'environnement en général.

Le portique de détection comporte le plus souvent deux détecteurs verticaux placés de part et d'autre de la voie empruntée par les véhicules qui entrent sur le site. Le portique compare la radioactivité émise par le chargement avec la radioactivité du bruit de fond naturel. Si la différence dépasse un seuil préréglé, l'alarme du portique se déclenche.

L'installation de portiques de détection de radioactivité est déjà obligatoire en Région Wallonne pour les CET (Centres d'Enfouissement Technique) de classe 1 et 2 (Arrêté du Gouvernement wallon fixant les conditions sectorielles d'exploitation des centres d'enfouissement technique - Moniteur Belge 13.03.2003).

En vertu de l'arrêté royal du 14 octobre 2011 relatif à la recherche de substances radioactives dans certains flux de matières et de déchets et relatif à la gestion des établissements sensibles en matière de sources orphelines, plusieurs établissements seront obligés d'installer un instrument de mesure.

 Retour en haut de page

Catégorie de déchets susceptibles d'être détectés

  • Les sources radioactives scellées : ce sont les cas les plus dangereux mais ils sont, heureusement, relativement rares. Ces sources peuvent provenir d'appareils de mesure et de contrôle industriels tels que des appareils de densitométrie, de mesure d'épaisseur, de contrôle de soudures, etc. Des sources scellées sont également utilisées par les hôpitaux à des fins de diagnostic ou de traitement.
  • Déchets médicaux à vie courte : il peut s'agir de langes, de draps, de serviettes hygiéniques, etc., ayant appartenu à des patients à qui ont été administrés des produits radioactifs à des fins de diagnostic ou de traitement. Les radionucléides impliqués sont à courte durée de vie (par exemple de l'Iode-131 ou du Technetium-99m) et leur caractère radioactif s'estompe après un temps relativement court. Ces déchets médicaux présentent aussi souvent des dangers biologiques et chimiques, indépendamment de leur radioactivité. On les retrouve soit dans les déchets des hôpitaux eux-mêmes, soit dans les déchets ménagers. Dans ce dernier cas, ils proviennent de patients ambulants qui sont rentrés chez eux après avoir subi des examens ou des traitements cliniques. On retrouve aussi parfois de l'Iode-131 dans les boues résiduelles des stations d'épuration d'eau. Il peut également arriver que l'alarme du portique soit causée par le chauffeur du véhicule passant sous le portique, s'il a récemment subi des examens ou des traitements radiologiques dans un hôpital.
  • Déchets " NORM " : " NORM " est l'acronyme de " Naturally Occuring Radioactive Material"; il s'agit de déchets présentant une radioactivité naturelle renforcée : par exemple, des chargements de matériaux inertes ou réfractaires, des déchets de construction, certains types de déchets industriels (sables de fonderie, déchets de l'industrie phosphate,...)
  • Petits minerais radioactifs : de petits minerais de collections (minerai uranifère, pechblende) sont régulièrement découverts.
  • Paratonnerres radioactifs : il y a une trentaine d'années, de nombreux paratonnerres contenant des éléments radioactifs ont été installés parce qu'ils auraient été plus performants que les autres paratonnerres. Cela n'a cependant jamais été prouvé scientifiquement. Depuis 1985, les paratonnerres radioactifs sont interdits.
  • Produits chimiques et pharmaceutiques : uranylacétate, nitrate de thorium,...
  • Objets recouverts de peinture luminescente : cadrans d'appareils de mesure, d'horloges,...
  • Autres déchets : p.e. pièces métalliques contaminées par des substances radioactives.

Notre galerie de photographies vous propose quelques exemples de déchets détectés à l'aide de portiques.

arrows Retour en haut de page

Directives à suivre en cas de détection ou de découverte d'une source orpheline dans des établissements sensibles en matière de sources orphelines du secteur non nucléaire


En 2006 déjà, l'AFCN avait rédigé des directives à l'attention des exploitants d'installations du secteur non nucléaire possédant un portique de détection de substances radioactives. Ces directives ont été publiées au Moniteur belge le 4 septembre 2006.  

Suite à l'entrée en vigueur de l'arrêté royal du 14 octobre 2011, ces directives devaient être actualisées L'arrêté de l'Agence fixant les directives à suivre en cas de détection ou de découverte d'une source orpheline dans des établissements sensibles en matière de sources orphelines du secteur non nucléaire a été signé le 3 novembre 2001 et publié au Moniteur belge du 25 novembre 2011.

Ces directives comprennent tous les formulaires standards qui doivent être utilisés en cas de détection de sources radioactives dans un site non nucléaire : le formulaire d'enregistrement de l'instrument de mesure, les déclarations d'intervention, l'inventaire des sources radioactives trouvées. Ces directives comprennent également la procédure à suivre en cas de déclenchement de l'alarme de l'instrument de mesure ou en cas d'identification d'une source radioactive.

This text will be replaced

Télécharger

 Retour en haut de page

Formulaires à télécharger


Chaque exploitant doit enregistrer son instrument de mesure auprès de l'AFCN. L'enregistrement  auprès de l'AFCN facilite les contacts entre l'exploitant et l'AFCN en cas de détection de substance radioactive.  

L'AFCN demande aux exploitants de lui notifier les interventions effectuées suite à la détection d'un objet radioactif par l'instrument de mesure. Cette notification permet à l'AFCN d'effectuer, si nécessaire, une enquête sur l'origine du déchet radioactif détecté. Les alarmes notifiées à l'AFCN sont encodées dans une base de données. Ces données sont exploitées par l'AFCN en vue d'analyses statistiques et afin de définir des mesures de prévention envers les expéditeurs des déchets. 

L'exploitant tient à jour un inventaire des substances radioactives entreposées sur son site. Il envoie une fois par an une copie de cet inventaire à l'AFCN.

  • Formulaire d'enregistrement de l'instrument de mesure (ce formulaire permet d'enregistrer le portique de détection auprès de l'AFCN) :
  • Formulaire de déclaration d'intervention (ce formulaire permet de notifier à l'AFCN les interventions effectuées suite à la détection d'un objet radioactif par l'instrument de mesure) :
  • Formulaire de déclaration d'intervention (ce formulaire permet de notifier à l'AFCN les interventions effectuées suite à la détection d'un objet radioactif sans instrument de mesure) :
  • Inventaire des substances radioactives :
  • Procédure générale pour exécuter l'intervention :
  • Procédure en cas de source localisée :
  • Procédure en cas de source homogène :

Personnes de contact :


Katleen DE WILDE
Tél. : 02 289 20 39
Fax : 02 289 21 12
Email : katleen.dewilde@fanc.fgov.be 

Daan VAN DER MEERSCH
Tél. : 02 289 20 29
Fax : 02 289 21 12
Email : daan.vandermeersch@fanc.fgov.be

 Retour en haut de page

Exemples d'objets détectés à l'aide de portiques


arrows Retour en haut de page


Documents


Dernière mise à jour
23/02/2012 - 09:20


Contact

 
 
 

INES

 


 version imprimable Home

Copyright 2013 ¬© - Mention légale