NL : FR
 Flux RSS
Arrow Plan du site

Notre mission

' L'AFCN promeut la protection efficace de la population, des travailleurs et de l'environnement
contre les dangers des rayonnements ionisants'.

RADON

Profil CND (Contrôle Non Destructif)

La radiographie industrielle

Introduction


La radiographie industrielle est un outil très utile pour le contrôle non destructif de matériel et/ou de structures pouvant affecter la sûreté d'installations industrielles (pétrochimie, structures métalliques, soudures,...) dont les défaillances pourraient avoir des conséquences néfastes sur le public, les travailleurs et l'environnement. La radiographie industrielle, qui met en œuvre des sources de rayonnements ionisants, est utilisée pour assurer un contrôle fiable. Lorsque la source de rayonnements utilisée est une source radioactive, on parle de gammagraphie.

Problématique


L'emploi de sources radioactives d'activité relativement importante (quelques centaines de GBq ou TBq – voir SSHA) et d'appareils RX émettant des débits de doses élevés n'est cependant pas sans risque si l'utilisation de ce matériel n'est pas réalisée dans des conditions optimales de sûreté. Les rayonnements générés peuvent en effet conduire à des niveaux d'exposition pouvant avoir des conséquences fâcheuses pour les travailleurs ou l'environnement.

C'est pourquoi, il est crucial que les entreprises effectuant ce genre de travaux, outre le respect des dispositions légales et réglementaires, disposent d'une gestion physique de qualité pour ces sources. Il est également important que les devoirs et les responsabilités de chacun des intervenants soient clairement définis et qu'une culture de sûreté et de sécurité soit bien imprégnée afin d'éviter des incidents et des accidents.

Actions


L'Agence a rencontré les principaux acteurs du secteur et les organismes agréés dans le cadre de diverses tables rondes. L'Agence a ensuite décidé d'introduire des conditions plus strictes dans les autorisations d'exploitation pour l'exécution de radiographies industrielles chez des clients et sur chantier sur base de l'article 13 du Règlement général.

Pour ce faire, l'Agence s'est également basée sur l'article 5.1 de ce règlement qui stipule :

«L'autorisation peut contenir des conditions qui peuvent notamment porter sur:

  • les responsabilités;
  • les compétences minimales du personnel;
  • les critères minimaux de performance des sources, de leurs contenants et des autres équipements;
  • les procédures et les canaux de communication en cas d'urgence;
  • les procédures de travail à respecter;
  • l'entretien des équipements, des sources et des contenants;
  • les mesures à prendre en matière de gestion des sources scellées de haute activité retirées du service.»

Pour élaborer ces nouvelles conditions d'exploitation, l'Agence s'est également basée sur divers travaux des instances internationales telles que l'AIEA (Specific Safety Guide N°411 (february 2011) - Radiation safety in industrial radiography) ainsi que sur des échanges avec les autorités de sûreté voisines (France et Pays-Bas).

Les nouvelles conditions d'exploitation sont reprises ici pdf et impose plus spécifiquement que :

  • les appareils de gammagraphie utilisés sur le territoire belge devront être conformes à la norme ISO 3999 à partir de début 2012. Pour les appareils existants qui ne le seraient pas, un assessment approuvé par l'organisme agréé devra montrer que leur niveau de sûreté est équivalent pour que ces appareils puissent continuer à être utilisés. Des mesures correctrices devront éventuellement être prises afin d'atteindre un tel niveau de sûreté.
  • une personne au sein de l'entreprise qui effectue des radiographies industrielles doit être désignée comme étant responsable du suivi des activités (prise et remise du matériel, planning des prises de clichés...).
  • les radiographies sur le terrain (hors d'un bunker approuvé/ une armoire blindée) doivent être réalisées en équipe de minimum 2 personnes.
  • une plus grande importance est donnée à la formation des travailleurs qui effectuent les prises de clichés.
  • l'entreprise qui effectue des radiographies doit désigner une équipe d'intervention. Il s'agit d'une équipe spécialement formée et équipée qui peut être appelée par les radiologues afin d'obtenir l'aide nécessaire en cas d'évènement significatif pour la sûreté et/ou la protection radiologique. Cette équipe peut être composée de personnel propre à l'entreprise spécialement formé pour de telles interventions. Une autre possibilité est que l'entreprise qui effectue des radiographies passe un contrat écrit avec une firme spécialisée (CEN, IRE, un organisme agréé, une autre entreprise NDT...) qui assurera la tâche de l'équipe d'intervention.
  • lorsque les radiographies sont effectuées hors bunker, la dimension du périmètre de protection installé autour de la source émettant les rayonnements et le nombre de clichés pris en un endroit donné doivent être tels que la dose effective de 300 µSv par an ne soit pas dépassée hors de ce périmètre. Par cette contrainte (facteur de 1/3 de la limite de dose annuelle pour le public), on s'assure que toute personne du public qui pourrait se trouver autour de ce périmètre ne dépassera pas la limite annuelle fixée même si elle subissait d'autres expositions (ex: lors d'une visite de quelqu'un à l'hôpital ou dans une industrie où des rayonnements ionisants sont utilisés - voir aussi l'article 20.1.1.1.c du règlement général).
  • le responsable du site/chantier (client de l'entreprise) sur lequel sont pris des clichés doit coopérer avec l'entreprise qui vient les réaliser.

Enfin on notera que l'Agence développe un système de retour d'expérience (REX) dans le cadre de cette pratique. Les divers événements au niveau national et international relatifs à la protection radiologique seront donc aussi publiés sur ce lien pdf.

De la documentation générale sur ce qu'est la radiographie industrielle est disponible via ce lien ppt.



Dernière mise à jour
20/01/2012 - 09:21


Contact

 
 
 

INES

 


 version imprimable Home

Copyright 2013 © - Mention légale