Aller au contenu principal

«Mal de dos ? Premier réflexe : bouger. Une radio n'est pas toujours indiquée.»

Le SPF Santé publique lance une nouvelle campagne sur le recours à l’imagerie médicale. Cette fois, la campagne s'adresse aux personnes souffrant de douleurs lombaires. Les radiographies et les scanners utilisent des rayonnements ionisants et représentent donc un risque pour la santé du patient. C'est pourquoi le SPF Santé publique et l'AFCN recommandent de n'opter pour un scanner que s'il n'y a pas d'autre option. Le slogan de la campagne est d’ailleurs : « Mal de dos ? Premier réflexe : bouger. Une radio n'est pas toujours indiquée. »

Le mal au dos est très désagréable, mais il disparaît généralement après quelques jours ou semaines. Dans la plupart des cas, un examen radiologique n’est pas indiqué et le médecin peut généralement venir à l’aide du patient, même sans imagerie médicale. Dans les cas exceptionnels où un examen radiologique est indiqué, cet examen s’inscrira dans un plan d’action plus large.

Le meilleur remède contre le mal au dos est de continuer à bouger. Malheureusement, de nombreuses personnes atteintes de tels maux cessent toute activité physique. Elles craignent qu’un faux mouvement n’aggrave leur état, mais cette crainte n’est pas nécessaire. Les personnes souffrant de douleurs lombaires ont tout intérêt à poursuivre leurs activités quotidiennes.

Sur le site web de la campagne www.pasderayonssansréflexion.be, un médecin, un patient et un kinésithérapeute s’expriment sur les douleurs lombaires, l’importance de bouger et l’imagerie médicale.

Plus d’infos ? pasderayonssansraisons.be