Aller au contenu principal

Problématique de la dégradation du béton dans les réacteurs belges : mise à jour de la situation

Durant les arrêts planifiés des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 3, l’exploitant ENGIE-Electrabel a détecté lors d’inspections une dégradation du béton dans les bâtiments bunkerisés annexes à ces réacteurs abritant des systèmes de secours de 2ème niveau.

Pour rappel, la situation de ces deux réacteurs est la suivante : après des travaux de réparation, l’AFCN a donné son feu vert au redémarrage de Doel 3. A Tihange 3, le réacteur est actuellement à l’arrêt et les travaux de réparation sont toujours en cours.

L’AFCN a communiqué à plusieurs reprises sur ce dossier :

Il était prévu que les bâtiments des autres réacteurs potentiellement concernés par ce phénomène, Tihange 2 et Doel 4, soient donc inspectés lors de leurs prochains arrêts planifiés.

Ces deux réacteurs sont actuellement à l’arrêt pour entretien, et l’exploitant a donc depuis réalisé des inspections. Celles-ci ont permis de constater une dégradation du béton dans le plafond du bunker aussi bien à Doel 4 qu’à Tihange 2.

Concernant Tihange 2, des indications de vieillissement du béton avaient déjà été constatées lors des inspections précédentes et des travaux de réparation étaient prévus avant même les inspections du mois d’aout dernier.

Tant à Tihange 2 qu’à Doel 4, les analyses sont en cours afin de poser un diagnostic correct avant de lancer les travaux de réparation. Les résultats des analyses et la méthodologie de réparation seront discutés avec l’AFCN et sa filiale technique Bel V.  

Comme c’est le cas à Tihange 3, la résistance des bâtiments concernés devra être démontrée pour que l’AFCN et sa filiale Bel V puisse donner leur feu vert au redémarrage des réacteurs de Doel 4 et de Tihange 2. Ceux-ci continuent de suivre ce dossier avec attention.

Ces évènements n’ont eu aucun impact sur la population, les travailleurs et l’environnement.