Aller au contenu principal

Tihange 3: anomalie classée au niveau 1 de l'échelle INES

Le lundi 30 mai dernier, il a été constaté lors d'une vérification périodique qu'une chaîne de mesure de la radioactivité du réacteur de Tihange 3 était restée en position de test, et donc inactive, depuis plusieurs jours.

La radioactivité ambiante de la salle des commandes du réacteur est mesurée en permanence par deux de ces chaînes afin de détecter toute élévation du taux de radioactivité. L'autre chaîne de mesure est quant à elle restée en permanence opérationnelle. Cette anomalie n'a donc posé aucun problème de sûreté.

Cette anomalie constitue un écart par rapport aux spécifications techniques, qui prescrivent que deux chaînes de mesure doivent être disponibles en permanence pour la salle des commandes. La chaîne de mesure indisponible a été rendue à nouveau disponible par Electrabel afin de restaurer la redondance requise.

Après analyse, cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES (International Nuclear Event Scale). INES est un outil de communication destiné à faciliter la perception de l'importance d'un événement impliquant des sources de rayonnements ionisants. Elle compte 7 niveaux allant du niveau 1 (anomalie) au 7 (accident majeur).

Cet événement n'a eu aucun impact sur la santé des travailleurs ou de la population, ni sur l'environnement.

UPDATE: Suite à cet incident, l'AFCN a décidé de dresser un procès-verbal complémentaire. En toutes circonstances, une centrale nucléaire doit être exploitée dans le respect rigoureux des prescriptions de sûreté, de manière à garantir l'application d'un nombre maximal de systèmes et procédures de sûreté. L'exploitant a étendu son plan d'actions visant à améliorer la culture de sûreté au sein de la centrale nucléaire de Tihange. Ce plan d'action doit conduire à une situation où les procédures de sûreté sont appliquées aussi rigoureusement qu'auparavant.