Aller au contenu principal

Médecine nucléaire

La médecine nucléaire est un domaine de l’imagerie médicale qui a recours à des substances radioactives pour produire des clichés diagnostiques ou traiter des tumeurs.

En médecine nucléaire, un patient se voit administrer une substance radioactive qui est absorbée par une partie de son corps (le squelette ou une tumeur, par exemple). En raison de cette accumulation locale de substances radioactives, la partie du corps en question présentera temporairement un taux de radioactivité plus élevé que le reste du corps. Selon le type de rayonnements ionisants émis par la substance radioactive, l’accumulation locale de cette substance servira soit à visualiser cette partie spécifique du corps (le squelette ou une tumeur, par exemple), soit à l’irradier très localement (tumeur).

La dose reçue par un patient lors d’un examen de ce type est comparable à la dose reçue lors d’un scanner CT. Dans le cadre de l’application thérapeutique, la dose administrée localement est sensiblement plus élevée afin de provoquer l’effet thérapeutique désiré.

Les techniques d'imagerie médicale en médecine nucléaire sont généralement combinées à un examen par CT (scanner).

La médecine nucléaire utilise trois techniques d’imagerie médicale :

Scintigraphie planaire

Le rayonnement émis par la matière  radioactive administrée est mesuré avec un ou deux détecteurs immobiles. La dispersion de la matière radioactive dans le corps donne une image bidimensionnelle.

Tomographie d’émission monophotonique (ou SPECT)

Le rayonnement émis par la matière radioactive administrée est mesuré par des détecteurs qui tournent autour du patient. La transformation en images des mesures prises sous différents angles permet la réalisation d'une image tridimensionnelle de la dispersion dans le corps de la matière radioactive.

Tomographie par émission de positons (ou PET-scan, Positron Emission Tomography)

Lors d’une tomographie de type PET, la substance radioactive la plus couramment utilisée est le fluorodésoxyglucose  (18F-FDG). Il s’agit en fait de glucose rendu radioactif qui, une fois administré au patient,  est principalement métabolisé par des cellules ‘très actives’ et grandes consommatrices de sucre. Le 18F-FDG s’accumule dans les régions du corps qui présentent une activité cellulaire accrue (tumeurs, infections…). La caméra permet ensuite d’obtenir une image du fonctionnement de ces régions. Dans la plupart des cas, la tomographie est combinée à un scanner CT afin de localiser plus précisément encore les régions à visualiser. On parle alors d’un examen PET-CT.