Aller au contenu principal

Historique

De manière générale, la sécurité nucléaire est assurée par la promotion d'une véritable culture de sécurité dans tous les milieux concernés et la mise en place de mesures de protection physique qui sont de nature administrative, organisationnelle et technique.

Ces mesures doivent contribuer à prévenir les atteintes malveillantes dirigées contre les matières radioactives et les installations nucléaires et, en cas de telles attaques, à ralentir le plus possible la progression des agresseurs afin de permettre l'arrivée des forces de l'ordre dans des délais utiles.

La perception de la sécurité nucléaire a considérablement évolué depuis ces trente dernières années.

Pendant longtemps, la communauté internationale ne s'est intéressée qu'à la protection physique des matières nucléaires.

En effet, quasiment jusqu'à l'aube du XXIème siècle, la préoccupation majeure fut la prolifération des armes nucléaires. Le vol ou le détournement de matières nucléaires pouvant aider certains Etats à acquérir l'arme nucléaire, c'était d'abord sur la protection de ces matières qu'il fallait focaliser les efforts.

Toutefois, dans le courant des années 90, l'idée, que les matières volées ou détournées pouvaient également être utilisées par un groupe d'individus à des fins terroristes, se développa. C'est également à cette époque que le risque de sabotage d'une installation nucléaire commença à être pris réellement en considération.

Le concept du terrorisme nucléaire était né.

Enfin, le terrorisme de l'extrême, symbolisé par les attentats du 11 septembre 2001 ainsi que les rumeurs d'utilisation de « bombes sales », notamment dans le cadre de certains conflits régionaux, conduisirent à la conclusion que l'ensemble des matières radioactives pouvait s'avérer attirant pour des individus déterminés à semer la terreur en exposant la population et l'environnement aux risques d'irradiation et/ou de contamination. Il convenait, dès lors, de conscientiser tous les Etats au fait que le terrorisme radiologique constitue un risque bien réel et de les amener ainsi à prendre les mesures requises pour protéger les matières radioactives.