Aller au contenu principal

Sûreté des transports de matières radioactives : le principe de "Défense en profondeur"

La sûreté du transport de matières radioactives repose sur le principe de « Défense en profondeur ».

Celui-ci est basé sur quatre axes :

  • les performances techniques du colis (confinement du contenu, blindage, etc.)
  • Les limitations lors des transports
  • La fiabilité des transports
  • La prévention et la gestion des incidents et des accidents

Colis

Les colis (emballage et son contenu) utilisés pour le transport de matières radioactives sont conçus pour assurer la protection des personnes (population et travailleurs) et de l’environnement en toutes circonstances, tant dans des conditions normales que dans des conditions accidentelles de transport et quel que soit le mode de transport utilisé.

Des critères stricts de sûreté auxquels doivent satisfaire les colis sont fixés par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) et repris dans les différentes réglementations modales.

En outre, les recommandations internationales relatives au transport de marchandises dangereuses dont les matières radioactives font partie, stipule que l’expéditeur (et non le transporteur) doit assurer que pendant toute la chaîne de transport, depuis la préparation de la matière à transporter en passant par le chargement, le transport et le déchargement, toutes les garanties de sûreté et les prescriptions réglementaires soient respectées. L’expéditeur doit donc choisir un emballage pour le contenu envisagé, aussi bien en fonction de sa nature que de son activité (niveau de radioactivité) et l’utiliser suivant les procédures prescrites.

En savoir plus : Types de colis de matières radioactives

Transport de matières radioactives en pratique

Les réglementations liées au transport des marchandises dangereuses, incluant les matières radioactives, précisent un certain nombre de règles que tous les acteurs de la chaîne de transport (expéditeur, transporteur, destinataire) doivent appliquer et respecter.

Deux aspects sont à souligner :

  1. Les moyens de transport et leurs équipements d’intervention doivent être présents à bord du véhicule.
  2. Le personnel doit être formé.

Les colis et véhicules transportant des marchandises dangereuses doivent être marqués, étiquetés et signalés.

1. Marquage

Au niveau du colis, le marquage consiste à indiquer les indications suivantes : destinataire ou expéditeur, masse brute, type de colis et le cas échéant marque d’identification, les lettres « UN » suivi du numéro d’identification de la matière radioactive.

2. Etiquetage

Outre le marquage, des étiquettes (modèles 7A, 7B ou 7C en fonction de la catégorie du colis) doivent être apposées à l’extérieur du colis sur deux côtés opposés.

3. Signalisation

Sur les véhicules routiers, à l’exception de ceux qui ne transportent que des colis exceptés, des panneaux de signalisation orange doivent être placés à l’avant et à l’arrière du véhicule ainsi que des plaques-étiquettes sur les parois latérales et arrière du véhicule

L’ensemble de ces dispositions (marquage, étiquetage et signalisation, documents de transport) permet (premièrement au transporteur, et deuxièmement, pour les services d’intervention et de secours, en cas d’incident ou d’accident,) de savoir rapidement à quel type de matière radioactive on est confronté et quelles sont ses caractéristiques. En fonction de ces éléments, les services d’intervention et de secours sont à même de prendre les mesures les plus adéquates.

4. Document de transport

Il faut également signaler que, pour tout transport de marchandises dangereuses, inclus les matières radioactives, un document de transport doit être rédigé par l’expéditeur avec les informations suivantes : descriptions des matières (numéro « UN » + désignation officielle), radio-isotopes principaux, état physique et forme chimique, activité maximale, catégorie du colis, indice de transport, marque d’identification, nombre et description du/des colis, noms et adresses du/des destinataires et expéditeurs.