Aller au contenu principal

Exposition moyenne annuelle aux rayonnements ionisants en Belgique

L'exposition moyenne aux rayonnements ionisants par habitant en Belgique est de 4 mSv/an. Cette estimation intègre les différentes sources de radioactivité naturelle et artificielle.

Ensemble, les rayonnements cosmiques et terrestres, ainsi que les substances radioactives naturelles que nous ingérons, sont responsables d’environ 21% de notre exposition.

Le rayonnement cosmique est un rayonnement ionisant, comme les autres rayonnements produits par la radioactivité. Une fraction de ce rayonnement atteint la surface terrestre et contribue pour environ 14% à la dose naturelle moyenne que reçoit la population, soit une dose d'environ 0,35 milliSievert/an (mSv/an).

Nous inhalons également des radionucléides naturels. Le radon, un gaz radioactif émanant du sous-sol, est le principal responsable de notre exposition interne par inhalation, qui équivaut à environ 40% du total. Pour des raisons géologiques, le sud de notre pays est davantage touché par le radon que le nord.

Les établissements industriels (parmi lesquels les centrales nucléaires) sont responsables de moins de 1% de la dose reçue annuellement.

Près de la moitié de notre exposition annuelle moyenne provient en fait des applications médicales diagnostiques : radiologie et médecine nucléaire. La radiothérapie n’est pas prise en compte dans l’estimation parce que, pour le "Belge moyen", les actes de radiothérapie sont rares et la dose bien spécifique pour chaque patient. A contrario, tout citoyen belge passe une ou plusieurs radiographies à un moment ou l’autre de sa vie.