Aller au contenu principal

Plan d’urgence nucléaire et radiologique pour le territoire belge

Le plan d'urgence nucléaire et radiologique (arrêté royal du 1er mars 2018) a pour but d'assurer la coordination des actions de protection de la population et de l'environnement en cas de situation d'urgence menaçant le territoire belge. Il établit les missions à accomplir par les différents services et organismes concernés dans le cadre de leurs compétences. Il décrit l’organisation générale appliquée, les zones de préparation, les actions de protection pour la population et l’environnement...

Le précédent plan national d'urgence nucléaire et radiologique datait de 2003. Les conclusions tirées des évaluations des différents exercices et incidents réels dans le pays et à l'étranger (notamment IRE 2008 et Fukushima 2011) ont été intégrées dans le cadre de l’actualisation du plan d'urgence nucléaire et radiologique. Il a également été tenu compte des avis scientifiques nationaux et internationaux (notamment du Conseil supérieur de la santé), ainsi que des directives et recommandations internationales.

Plusieurs groupes de travail ont été créés lors de la rédaction de ce plan d'urgence. Les différents partenaires nationaux et internationaux ont été consultés de même que le Conseil supérieur de la santé, Greenpeace, des groupements socio-économiques (Stora et Mona), la Commission européenne, …

Principes de base

Le plan d'urgence nucléaire et radiologique est complémentaire aux plans d'urgence existants actuellement en Belgique. Il s'agit d'un plan-cadre qui comprend les principes généraux organisationnels et directeurs pour la préparation, la gestion et le suivi d'une situation d'urgence. Des procédures spécifiques complètent encore ce plan ; le plan d'urgence national nucléaire et radiologique sera ainsi encore davantage opérationnalisé dans les plans d'urgences provinciaux et communaux. Etant donné que chaque situation d'urgence est unique (météo, perception de la population, évolution de l’événement, ...) une certaine flexibilité au niveau de la gestion de crise est intégrée au plan d'urgence.

En savoir plus :